Bandeau
Momo au-delà du 55 Nord
La grande aventure de Momo au-delà du 55 e parallèle Nord

Suivez Momo dans sa grande aventure dans le Grand Nord

logo article ou rubrique
J’ai marché sur l’eau
Article mis en ligne le 8 mars 2017

par Momo

1er janvier 2017 - Lac Stewart.
A 14h00, le soleil touchait déjà presque l’horizon. Il faisait froid et la promenade fut courte. On peut imaginer l’immensité de ce lac à quelques kilomètres du village. C’est un lieu de rassemblement pour les habitants de Kuujjuaq. En été, plusieurs habitants y viennent pêcher, faire du canot. En hiver, c’est le lieu pour des courses de motoneiges, pour la pêche sous la glace, pour se promener la fin de semaine.
Du lac, on voit bien -le radar- qui surplombe une colline ou nous avons une belle vue à 360º tout autour de Kuujjuaq. A 14h30, la nuit ne tarde pas à tomber. Nous continuons la route en voiture et faisons un arrêt à la marina. Il est déjà temps de rentrer.

21 janvier 2017. Nouvelle promenade sur le Lac Stewart
Je retourne au Lac Stewart mais en raquette cette fois-ci. J’espère bien traverser le lac au moins jusqu’à la petite île que j’aperçois à chaque fois que je m’y rends. Le ciel est magnifique. Je m’approche du lac. Je vois au loin un traîneau à chiens. Sublime ! Il passe en arrière de la petite île. Un motoneigiste sort de nulle part. Un chien court sur le lac. Il fait beau. Je peux rejoindre l’île en raquettes. Il faut tout de même faire attention. La neige peut être profonde même en raquette. Mais la vue est tellement belle. Le soleil couchant apporte une couleur bleutée sans pareille dans le décor.
Je marche, je marche …
Ce lac est vraiment immense. On est attiré à rejoindre chaque rive que l’on aperçoit au loin. Aller toujours plus loin. Je me retourne et je constate que la voiture est pas mal loin et que le soleil commence à se coucher. L’inconvénient de la vie dans le Grand Nord en janvier c’est qu’il n’y a que 5 heures de clarté. Pour se promener et profiter du beau temps, il faut se lever à temps pour partir à l’heure !

19 février 2017. Promenade sur la rivière Koksoak
Un dimanche magnifique. Beau soleil, peu de nuages. Je prends mes raquettes et les met dans mon sac à dos et je marche. Je marche en direction des maisons situées en hauteur en arrière de chez moi. Je pense bien connaître ce coin en arrière des maisons l’ayant parcouru plusieurs fois l’été et l’automne passé. Mais avec toute cette neige, on dirait que le paysage a changé. Je chausse mes raquettes et je me lance en direction du sommet de la colline. Arrivée sur la colline, le soleil me paraît si grand. C’est tout simplement prodigieux. L’immensité neigeuse devant moi, des roches, des sapins, des épinettes … je suis heureuse ! De là encore, on voit bien -le radar-. Je l’aime bien mon petit coin de colline au dessus de mon logement. Je vois la rivière gelée. Je vois aussi des gens marcher sur la rivière. Ils avancent quand même assez loin. Je suis tellement tentée d’y aller moi aussi !

Je me lance ?

Allez j’y vais !

Je descends de ma colline avec entrain. J’enlève mes raquettes et me dirige vers la plage. 2 personnes reviennent de leur périple sur l’eau. Un grand sourire aux lèvres ! J’avance à pas prudents. Je vois des crevasses pas très rassurantes. On m’a dit de bien faire attention. On peut facilement s’enfoncer à ces endroits. Je n’ai jamais vu un tel spectacle. La neige est épaisse, mais on voit aussi des bancs de glace translucides d’un bleu profond. Des blocs de glace émergents ça et là selon les rochers et le flux et reflux des marées qu’à subit la rivière Koksoak. Je marche gaiement. La vue est spectaculaire. D’autres personnes retournent sur leurs pas et reviennent sur la plage.
Je marche, je marche…
Je suis attirée par l’horizon. Puis je me retourne. Ohh ! Ma maison est bien loin et je suis seule sur la rivière. Je fais demi-tour et retourne chez moi prestement. Je suis tellement heureuse de mon après-midi.

Marcher sur l’eau, ce n’est qu’à Kuujjuaq qu’on peut faire çà !